Make or Buy : L’Éternel Dilemme

make or buy

Qui n’a jamais entendu parler du fameux Make or Buy, théorie américaine souvent rhétorique lorsque appliquée à soi-même, mais qui prend tout son sens en entreprise lorsqu’un achat cornélien doit être réalisé ? Qu’il s’agisse d’un investissement, ou d’un simple achat, cette question devient légitime dès le moment où les finances de l’entreprise sont engagées. 

Quelle est l’origine de cette stratégie business employée aujourd’hui à tout bouts de champs ? Quels sont ses avantages et inconvénients une fois que l’on creuse davantage ce concept ? Et surtout, comment tirer le meilleur de cette stratégie pour faire les bons choix en entreprise ? 

Suivons toutes ces étapes, pas à pas, afin que vos futurs projets soient une réussite.

Les origines du Make or Buy

Le concept 

Make ou Produire en interne : La production interne signifie que l’entreprise choisit de fabriquer un produit ou de fournir un service en utilisant ses propres ressources et capacités. Cette approche permet de contrôler directement chaque aspect du processus de production, de la qualité des matières premières à la finition du produit. La production en interne peut également favoriser l’innovation et la personnalisation en fonction des besoins spécifiques de l’entreprise.

Buy ou Externaliser : L’externalisation implique l’achat de produits ou services auprès de fournisseurs externes. Cela permet à l’entreprise de se concentrer sur ses compétences clés tout en bénéficiant de l’expertise et des capacités spécialisées des fournisseurs. Externaliser ses achats peut aussi offrir une flexibilité accrue, car elle permet d’ajuster facilement les niveaux de production en fonction de la demande du marché.

Son histoire

Tout d’abord, rendons à Robert ce qui lui appartient. Robert Newton Anthony est le premier à avoir théorisé cette stratégie dans son ouvrage “Management Control Systems”, régulièrement actualisé et aujourd’hui perçu comme la bible du contrôle de gestion. Il considère le make or buy comme un “choix stratégique qui doit être fait par chaque entreprise” avec une approche analytique pour prendre cette décision. En effet le coût total n’est pas seulement lié au prix de l’achat, mais aussi les coûts internes d’organisation pour mener à bien le service acheté ou le produit installé. 

Une dizaine d’années plus tard, en 1978, dans le célèbre article “The Productivity Dilemma”, William J. Abernathy a mis en avant la concurrence comme facteur de décision du make or buy. Il suggère ainsi que les entreprises doivent externaliser les activités qui ne sont pas leur cœur de métier afin de rester concentrées sur leur avantage concurrentiel.

Ainsi, la stratégie de make or buy est devenue une décision courante pour les entreprises dont l’analyse repose sur ce qui est le plus avantageux entre produire en interne (Make) ou externaliser (Buy) avec l’achat des articles ou services souhaités. 

Logiciel achats Weproc

L’industrialisation et les avancées technologiques ont radicalement transformé le paysage des affaires, rendant l’externalisation de certaines fonctions non seulement possible mais souvent avantageuse. Les entreprises ont commencé à se spécialiser, confiant certaines activités à des partenaires externes capables de les réaliser plus efficacement. La mondialisation et la digitalisation ont également joué un rôle crucial, facilitant l’accès à des fournisseurs internationaux et à des technologies innovantes, rendant ainsi le dilemme du Make or Buy encore plus pertinent et complexe.

Alors quels sont les avantages et inconvénients de chacun de ces concepts ?

Avantages et Inconvénients

Produire en interne (Make)

1. Maîtrise du processus de production :

Produire en interne offre un contrôle total sur chaque étape du processus de production, permettant de garantir une qualité constante et d’adapter rapidement les méthodes en fonction des besoins.

2. Protection de la propriété intellectuelle :

La production interne permet de mieux protéger les secrets commerciaux et les technologies propriétaires, réduisant ainsi le risque de copie ou de vol de propriété intellectuelle.

3. Intégration verticale et contrôle de la qualité :

En intégrant verticalement, une entreprise peut harmoniser ses différentes opérations, de la production des matières premières à la distribution finale, assurant une meilleure coordination et un contrôle qualité plus rigoureux.

Les inconvénients :

Produire en interne peut nécessiter des investissements initiaux élevés en termes d’équipement et de formation, et peut exiger une expertise spécifique que l’entreprise ne possède pas toujours. De plus, les coûts fixes peuvent être significativement plus élevés.

Externaliser (Buy) :

1. Réduction des coûts opérationnels :

L’externalisation peut souvent réduire les coûts en permettant à l’entreprise de tirer parti des économies d’échelle et des coûts de main-d’œuvre plus bas des fournisseurs.

2. Accès à une expertise spécialisée :

En externalisant, une entreprise peut bénéficier de l’expertise et des technologies avancées des fournisseurs spécialisés, sans avoir à investir directement dans ces compétences.

3. Flexibilité et adaptabilité :

Externaliser offre une plus grande flexibilité, permettant à l’entreprise de s’adapter plus rapidement aux changements du marché sans avoir à gérer des infrastructures lourdes.

Les inconvénients :

La dépendance envers les fournisseurs peut poser des risques, notamment en termes de qualité, de délais de livraison, et de confidentialité. Il peut également y avoir des problèmes de communication et de coordination entre l’entreprise et ses fournisseurs. Enfin l’entreprise n’est pas maître de certaines technologies et une évolution du fournisseur peut mettre en péril l’organisation.

Téléchargez notre modèle de base de données fournisseurs

Les facteurs à considérer pour prendre une décision

Nature de l’activité :

Est-elle centrale ou périphérique à la mission principale de l’entreprise? Les activités centrales, directement liées aux compétences de base de l’entreprise, sont souvent mieux gérées en interne, tandis que les activités périphériques peuvent être externalisées.

Compétences internes :

L’entreprise possède-t-elle l’expertise requise pour produire en interne? Si l’entreprise ne dispose pas des compétences nécessaires, il peut être plus judicieux d’externaliser.

Coûts associés :

Une analyse coûts-bénéfices détaillée est essentielle. Elle doit inclure les coûts directs et indirects, ainsi que les économies potentielles et les gains d’efficacité.

Risques :

Il est crucial d’évaluer les risques potentiels pour chaque option, y compris les risques liés à la qualité, à la sécurité, à la confidentialité et à la dépendance vis-à-vis des fournisseurs externes.

En conclusion : Make or Buy ?

Le dilemme du Make or Buy est une question stratégique dynamique qui doit être régulièrement réévaluée en fonction des évolutions du marché et des capacités internes de l’entreprise. La digitalisation et la mondialisation ont amplifié la complexité de cette décision, mais elles offrent également de nouvelles opportunités pour optimiser les opérations. En fin de compte, le succès repose sur une analyse approfondie et une approche flexible pour s’adapter aux changements constants du monde des affaires.

 

Vous souhaitez en savoir plus sur notre logiciel de gestion des Achats Weproc ? Contactez-nous ou demandez votre démonstration de 15 minutes ci-dessous ! 


5/5 - (1 vote)
Weproc logiciel achats

Logiciel de gestion des Achats pour PME, ETI & Associations.

Abonnez-vous à notre newsletter !

© 2024 Weproc. Tous droits réservés.

Newsletter

Recevez chaque mois nos meilleurs articles ! En bonus, nous vous mettons à disposition nos nouveaux modèles de documents en avant première. 

Alors, pas mal non ?